Reboisement des massifs forestiers autour du lac Tchad

TITRE DU PROJET

Reboisement des massifs forestiers autour du lac Tchad.

Sommaire du projet

La désertification est un problème qui touche de nombreuses régions de la planète, en particulier en Afrique. En effet, près du quart de la surface émergée du globe est constituée de zones semi-arides dont l’équilibre écologique est très fragile. La rupture de cet équilibre entraîne en général une dégradation des sols, avec d’importantes répercussions sur les populations, dont les plus vulnérables vivent dans les pays en développement, souvent très pauvres. La formation de nouvelles régions désertiques provoque l’insécurité alimentaire avec pour corollaire une pauvreté rurale de réfugiés environnementaux.

Objectif  global du projet

Création et aménagement par le reboisement d’une ceinture verte, suffisamment dense pour une consolidation durable des berges du lac Tchad.
Contexte
Le lac Tchad réserve naturelle en voie de disparition.

Justification
Au cours de quarante cinq dernières années, le lac Tchad a perdu de son volume d’eau. Il s’est divisé par cinq. En effet depuis ces quarante cinq dernières années, le lac est passé d’une superficie de 25.000 km2 à 5 000 km2, voire 3250 km2 actuellement. En cause la diminution de la pluviosité accentuée par de graves sécheresses dans les années 70 et 80.

justificatifLa croissance démographique, le développement des activités agropastorales, la désertification et l’émission de l’effet de serre ont entrainé une dégradation préoccupante de la faune et la flore. D’après certaines prévisions climatiques de la NASA, au

rythme actuel, le lac Tchad pourrait disparaître d’ici une vingtaine
d’années.(image de la NASA)

Date de démarrage : dès l’obtention de financement.
Coût du projet :                                   25’008’000 FCFA.
SOIT EN FRANCS SUISSES:               65'895 CHF.

Bénéficiaires
Ce sont principalement les éleveurs , les pêcheurs et les paysans qui s’adonnent aux activités agropastorales (production des cultures maraîchères , vivrières et élevage des bovins , ovins , ….) , nos partenaires sociaux à la base pour le démarrage  effectif des activités pratiques sur le terrain, constitués de trois (3) groupements dont 2 féminins et 1 masculins, les commerçants et les industriels  de la région .
Zone  d’intervention

Le présent projet s’inscrit dans le cadre de la lutte acharnée contre le déboisement du bassin du lac Tchad et la désertification, d’une manière générale et plus particulièrement celui de ses berges afin de remédier au problème d’érosion hydrique et d’évaporation excessive résultant des 2 facteurs précités qui se sont instaurés.
La zone d’intervention s’étend sur toute l’étendue qui dépend géographiquement du Tchad (voir schéma première ceinture à la page 5).

Dans un premier temps nous allons concentrer nos efforts dans la région de Bol (voir schéma : plantation des arbres – point de départ, avancement, surface à reboiser).
Depuis bol, sur 5000m de longueur sur 12, 5m de largeur, soit une
superficie de : 62.500m2.

Méthode

Avec la production des plants, le projet entend réaliser des plantations d’alignement en quinconce sur 5 (cinq) rangées ou lignées sur les rives totalement dégradées et ensuite élargir cette plantation par des semis directs sur une bande de 100m sur 100m, sur toute la longueur des plantations d’alignement à écartement de 2,5m X 2,5m X 2,5m sur toute la longueur de la rive du lac Tchad, afin de consolider cette berge et mener une lutte acharnée contre l’érosion hydrique, sans oublier que TCHAPE est aussi appelé à faire des aménagements sur les massifs forestiers naturels existants, soit par des enrichissements ou par des mises à défens intégrés.

Stratégie

La stratégie adoptée par TCHAPE est participative. Ce qui nécessite la contribution de 2 parties. Tchape apporte l’apport financier et technique, tandis que les partenaires sociaux contribueront sur le terrain par production des plantes en pépinières, du reboisement sur le site retenu, l’arrosage des plantes et l’entretien.

Activités à mener

Pour pouvoir reboiser et aménager la zone d’intervention déterminée ci-dessus, Tchape est appelé à produire des plantes, par conséquent à créer selon notre estimation 10 (dix) pépinières qui seront reparties comme suit:
Une (1) pépinière à bol avec une capacité de production de 60.000 (soixante mille ) plantes, dont 10.000(dix mille), en reboisement de la première étape et 9 (neuf) autres pépinières villageoises qui seront créées dans les localités situées aux approches des zones d’intervention à déterminer, d’une capacité de 10.000(dix mille ) plantes chacune.
Ces plantes seront composées de toutes espèces appropriées pour la consolidation des berges, tout en cherchant les plantes indigènes dont les racines très profondes retiennent l’eau à la surface du sol, et qui ont verdoyé jadis le bassin du lac Tchad. Nous voulons absolument transformer cette terre nue en forêt (reforestation). De quelle manière ?  La nature le fait toute seule, car cette terre desséchée en possède un potentiel enfoui, qui se révélerait de lui-même s’il n’y avait les chèvres innombrables, qui errent librement et dévorent la moindre jeune pousse.

Activités à mener suite et fin :

  • Choix des sites susceptibles de contenir les pépinières
  • Distribution de matériel d’arrosage, brouettes, pelles, râteaux, pioches, semences … etc.
  • Apprendre aux paysans à gérer leur produit pour générer un certain revenu et faire de petites économies.

Étape 1
Le reboisement se fera selon différentes étapes qui sont :

Les arbres seront disposés en quinconce sur cinq rangées espacées de 2.5 mètres. Selon nos estimations, cette superficie aura besoin de 10’000 plantes, soit une plante sur 6.25 m2. Le taux de réussite étant de 70 à 80 %, il faudra donc majorer les besoins en plantes et en main d’œuvre d’environ 30%.

plandaction

Planter en massif,
Planter des arbres fruitiers
Maraîchage

COÛT D’EQUIPEMENT EN ARBORICULTEUR.

Désignation des activités

Quantité

Prix/Achat
unitaire

Montant en CFA

CHF

1

sachets plastique pour la production

10

400’000

4’000’000

10’000,00

2

Formation des partenaires dans le domaine des pépinières, reboisement

u

Forfait

3’000’000

7’500,00

3

Moulin à Mil

u

1’500’000

1'500’000

3750,00

4

Voiture/d’occasion

u

5200’000

5200’000

13’000,00

5

Tracteur/ d’occasion

u

3200’000

3200’000

8’000,00

6

Brouettes

50

32’000

960’000

2’400,00

7

Arrosoirs

50

3’000

150’000

375,00

8

Pelles

30

3500

105’000

262.50

9

Râteaux

30

2100

63’000

157.50

10

Pioches

30

63’000

180’000

450,00

11

Forages des deux puits

2

1000’000

2’000’000

5’000

TOTAL                                              20'358’000

50’895,00

RECAPITULATIF DU BUDGET

COÛT EQUIPEMENT ARBORITICOLE
20’358'000F CFA
COÛT PLANTES
8’000'000F CFA
TOTAL GENERAL
28’358’000F CFA
Soit en
70’895 CHF

Gestion du projet

La gestion sera assurée par la représentation de TCHAPE, à N’djamena selon un plan très précis de réalisation des éléments.

Financement

Compte tenu du volume de réalisation du projet, nous préconisons de trouver des sponsors, des organisations, des hommes de bonne volonté, pour nous aider à récolter des fonds nécessaires.

Apports des partenaires sociaux

Réalisation de tous les travaux pratiques sur le terrain (production des pépinières, reboisement, entretien des plantes).

Programmation des travaux

Nous estimons dans la mesure du possible de commencer les travaux dès l’obtention de financement.

Suivi et évaluation

Le suivi et l’évaluation du projet seront effectués par TCHAPE. L’équipe technique suivra scrupuleusement l’avancée des travaux et pourra évaluer le projet tous les 6 (six) mois.

L’Organisme chargé d’exécution est TCHAPE

TCHAD AGIR POUR L’ENVIRONNEMENT (TCHAPE)

Abdoulaye Y Ali

Ch. De Rovereaz 5, 1012 Lausanne
Pour les dons et parrainage notre :

C.C.P. 17-625707-9 Lausanne

Compte. 02721628201-38 SGTB, Ndjamena-Tchad

www.tchape.org

N'hésitez pas de nous contacter Abdoulaye et Dr N’DEURBELAOU
Submit to Facebook

AUTRES
MUSIQUE AUDIO

PopUp MP3 Player (New Window)
PUBLICITÉ