56e commission du statut de la femme, du 27 février au 9 mars 2012 "CSW"

Nos constats, Madame la Présidente, nous ont permis d’identifier quelques difficultés au sujet desquelles nous pensons qu’il faut apporter des solutions adéquates à ces femmes qui sont confrontées à la détresse de la vie.
p101000_unp1010003_un1
Madame la Présidente, permettez-nous de vous énumérer quelques-uns des problèmes auxquels ces femmes font face. Il s’agit entre autres :
-           de l’analphabétisme ;
-           du problème d’hygiène et de santé ;
-           du manque d’eau potable, occasionnant souvent des conflits intercommunautaires ;
-           du statut de la femme bafoué dans un tel environnement.

Madame la Présidente,

Cette situation critique de la femme que nous venons de vous décrire, nous amène à préconiser des solutions, grâce au soutien de la communauté internationale et à la solidarité de la gent féminine.

D’ores et déjà, nous pensions à quelques pistes de solutions pour alléger les souffrances de ces femmes :

-           Faire des forages d’eau dans ces zones ;
-           Alphabétiser ces femmes aux problèmes de la vie ;
-           Mettre en place un système d’entraide entre femmes ;
-           Instaurer une culture d’émancipation de la femme face à ses droits, etc.

Nous sommes préoccupés, par solidarité, avec les femmes immigrantes qui décèdent dans la mer Méditerranée ainsi que celles qui ont quitté la Lybie pour le Tchad ou d’autre pays. Ces femmes sont laissées sans soutien par les Etats ainsi que par la communauté internationale. Nous avons vraiment peur que des personnes malveillantes les exploitent dans la prostitution.

Enfin, Madame la Présidente,

Nous espérons que le nouveau programme du gouvernement destiné aux zones rurales soit un allégement et une réalité pour ces femmes.

Nous saluons le nouveau vent qui passe par la capitale qui entretient l’esprit de bon voisinage et les visites de courtoisie confessionnelle, et nous souhaitons que cet élan s’appliquera en zone rurale dans un avenir très proche.

Madame la Présidente,

Nous déplorons qu’en République de Guinée, la femme rurale souffre de multiples difficultés dans sa vie quotidienne. Elle n’est pas considérée et respectée comme il se doit, bien qu’elle ait toujours été le moteur du développement rural. La plus grande partie des travaux agricoles sont exécutés par elles, elles occupent ainsi une place prédominante dans le système socio-économique traditionnel. Elles contrôlent l’essentiel de l’économie non monétaire (agriculture de subsistance, procréation et éducation des enfants, tâches ménagères).
p1010005_un2p1010009_un3
En outre, les activités commerciales des femmes représentent une contribution non négligeable dans les ménages ruraux à faible revenu. Malgré leur rôle important au sein de la société, la situation des femmes rurales en Guinée reste encore précaire. Elles n’ont aucun contrôle des bénéfices des ménages. Elles sont donc les plus grandes victimes de la pauvreté.
Entre autres difficultés qu’endurent les femmes rurales, on peut citer les suivantes :
•          l’analphabétisme qui est particulièrement important en milieu rural pour les femmes ;
•          le manque d’outils de travail et d’appareils les obligeant à des pratiques archaïques (elles travaillent souvent à mains nues) ;
•          le manque de prévention des problèmes d’hygiène et de santé ;
•          la sécurité précaire en général, et le plus souvent par rapport aux membres des forces armées, qui commettent toutes sortes d’exactions violentes et sexuelles sur les femmes rurales, particulièrement vulnérables.

Les femmes souhaitent le rapprochement des points d’eau, du matériel agricole moderne (tracteur et accessoires) et de pouvoir disposer d’engrais.

L’objectif est d’apprendre aux femmes à s’organiser, à épargner, puis à augmenter leurs revenus, donc à se prendre en charge. Ainsi ces revenus pourraient leur permettre de participer avec efficacité à la scolarisation des enfants, en particulier des filles, et à la lutte contre la pauvreté dans leur zone.

Madame la Présidente,

Par conséquent, nous demandons à la 56e commission du statut de la femme d’entreprendre une réflexion et d’initier un système d’appui général aux femmes rurales en Guinée. En vous remerciant de l’intérêt que vous voudrez bien accorder à notre requête, nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, nos salutations respectueuses.

Merci, Madame la Présidente.

Submit to Facebook

AUTRES
MUSIQUE AUDIO

PopUp MP3 Player (New Window)
PUBLICITÉ